Je repart en Italie encore une fois, ca devient une habitude mais bon vous vous y habituez! 

Et on retourne chez nos amis de Birra Nova que nous avions évoqué dans le test de la Linfa, pour une bière de style Gose. Une bière Gose c’est un style assez particulier, qui commence doucement à se faire connaître un peu comme les Sour maintenant. Un style qui sort un peu des codes traditionnels gustatifs de la bière, dirons-nous, classique, et qui peu à peu se fait brasser par quelques brasseries désireuses de nouveautés. 

Ce style nous vient d’Allemagne, de Goslar, près de la rivière Gose, d’où le nom. C’est un style de bière qui se situe un peu entre la Gueuze et la Sour sur certaines bases, mais qui s’agrémente de sel, d’épices et/ou de coriandre pour le parfum, ce qui donne une bière qui casse le code du Reinheitsgebot allemand mais qui se fait connaître ces dernières années hors des frontières teutonnes. 

Sur le site nous avons déjà eu ce style, récemment la Margarita Lime Gose testée par mon acolyte Eric (j’ai pas dit alcoolyte hein), mais aussi la Gose’illa de Sulauze, et la Gosebusters de chez Kingpin. Pour ma part, ma première Gose était, de mes souvenirs, une bière de chez BHB (brasserie du haut buëch) qui était excellente mais dont j’ai oublié le nom. 

Les bières salées c’est du double tranchant, soit on aime et alors c’est parfait, soit on aime pas du tout. Du coup certains brasseurs tentent des variantes comme l’avait fait Kingpin en intégrant du caramel au beurre salé, ce qui permettait sans doute aux plus réticents d’avoir une chance de l’apprécier, mais cela reste aux dégustateurs avisés, ou tout du moins, pardonnez moi l’expression, qui ont un peu de bouteille au palais niveau styles de bières artisanales. 

Ici, nous avons droit à une Gose assez particulière puisqu’elle ne fait pas l’objet d’un ajout de sel, mais elle est directement brassée avec de l’eau salée, de l’eau de mer. Ce n’est pas la première fois que nous avons ce genre de bière, et les avis étaient mitigés, du coup allons du coup nous pencher sur cette nouvelle Gose italienne et voir ce qu’il en est les amis. 

 

Une bière mélodieuse (elle fait du..Gosepel? lolilolilol..)

Après ce jeu de mot terriblement efficace, nous versons notre amie dans le verre et nous voyons très vite apparaître une mousse fine éphémère qui s’apparente à de la dentelle qui disparait aussitôt qu’elle se présente pour nous laisser le champ libre sur une robe cuivrée et trouble avec une carbonatation moyenne mais qui se fait voir et entendre. 

Au nez, on est sur un joli côté iodé, gose oblige, mais aussi des notes qui oscillent entre l’agrume de par la petite acidité que l’on prédit pour le goût, mais aussi des notes de foin liées au malt utilisé sans aucun doute lors du brassage, ce qui donne un ensemble parfumé et assez équilibré. 

 

Une bière de moussaillon?

Au goût, on a un commencement assez tranquille, c’est doux, malté pour finir sur une petite note acidulée et salée sans excès avec quelques petites touches très légères d’agrume pour une amertume très faible. Une bière finalement assez légère et agréable, qui n’en fais pas trop et qui se boit tout en légèreté. 

 

En conclusion

Soyons honnêtes, les Gose et autres bières salées comme celles à l’eau de mer, ou ici, le mélange des deux, ce n’est pas toujours bien fichu. La Gose basique, en théorie, c’est quelque chose qui se déguste bien si on aime challenger un peu son palais en dehors des classiques, le sel est présent mais il se dose on va dire.

Les bières à l’eau de mer, c’est plus compliqué car la salinité de l’eau de mer ne se dose pas vraiment, elle est présente, il faut donc équilibrer sa recette en fonction de l’eau, voire user de travaux assez appliqués pour travailler sur l’eau de mer elle même. Et par expérience, les bières “marines” sont très fortes en sel, trop à mon goût et manquent cruellement de subtilité, on en boit un demi verre et encore, ça ne s’accorde pas super bien avec des plats de mon avis personnel. 

Dans le style un peu iodé, je préfère de loin une Gose ou une Oyster stout par exemple. Pourtant ici on a u espèce de produit hybride qui du coup est très bien équilibré, ce qui m’a étonné, bien que je ne boirais pas non plus une pinte. Le sel, en revanche a été bien équilibré car on a vraiment un goût de Gose justement, pas de bière simple à l’eau de mer. Le boulot a vraiment été bien fichu en amont je trouve et si vous êtes curieux, je vous conseille vivement de tester cette bouteille, que j’ai ramenée d’Italie, de Naples précisément.

Share Button

« »