Je vous emmène une nouvelle fois dans mon second pays de coeur après l’Ecosse, l’italie, pays d’origine de mon père et aussi de la famille de ma douce, il est impossible de ne pas vous parler de leurs bières vu que je vais dans ce pays minimum une fois par an quand y a pas de virus qui nous joue des tours! 

Ici on va se diriger dans une petite ville entre Florence et Rome, pour découvrir une Cotta 21 de chez Mastri Birrai Umbri! 

Cette brasserie est née en 2011 sous la volonté de Marco Farchioni qui rêvait depuis longtemps de lancer sa propre bière. Marco fait germer l’idée en 2009 et y implique plusieurs membre de sa famille. En effet, celle-ci est issue depuis 1780 du milieu agricole et de la transformation tels que le vin ou l’huile d’olive. 

La brasserie fait ses débuts et le succès est au rendez-vous. Quelques temps plus tard, Marco et ses associés décident d’investir dans une malterie, capable de 960 tonnes de malt par an, nos amis sont les seuls en Italie à être indépendant en malt. Le fait que la brasserie ait intégré verticalement une partie de sa production lui permet de réduire ses coûts, et d’éviter d’être trop dépendant de ses fournisseurs, une stratégie habituellement coutumière des industriels que nous avions évoqué lors de notre long dossier sur leurs stratégies justement. 

Mais outre le malt, il faut aussi du houblon non? Et bien nos amis italiens ont décidé de produire aussi leur propre houblon! Bien entendu, je ne sais pas s’ils sont totalement dépendants et s’ils utilisent uniquement le leur (j’en doute selon les recettes qu’ils veulent vendre) mais, ils disposent de houblon “maison” permettant une nouvelle fois de s’assurer une certaine indépendance vis à vis des matières premières! 

La brasserie se visite, et si c’est comme je le pense, cela doit avoir tous les attraits d’une visite de vignoble à travers les vignes. On peut donc dire qu’ici, on est quelque part sur une bière de terroir!  Et pour débuter notre consommation, on va aller tester une Cotta 21, qui est une bière blanche! 

 

Une bouteille belle comme l’Italie

Déjà, la bouteille est sobrement jolie, on sent le détail apporté pour la présentation, chose très italienne dans la bière j’ai remarqué. 

Une fois notre jolie bouteille décapsulée, on retrouve une mousse fine, dentelée et peu persistante qui laisse peu à peu découvrir une robe trouble et dorée au nez très malté et légèrement fruité.

 

Une blanche classique mais qui a du goût! 

Oubliez vos rondelles de citron moisies là, dégustez cette bière de blé simplement! 

On se retrouve avec un début assez sec qui part sur de jolies saveurs de blé dans une rondeur agréable qui se termine brutalement sur une finale sèche avec une belle longueur en bouche. 

 

En conclusion

On est ici sur une classique également, comme notre Blonde de Bulles de Provence du test précédent, toutefois, on sent vraiment le travail qui a été engagé sur la bière elle même, et si bien sur, on n’est pas ici sur une révolution du genre, force est de constater qu’on ne peut pas la comparer avec une bière industrielle du même style, ce serait aussi sacrilège que couper des spaghettis, ou manger des pâtes avec du Ketchup!

Share Button

« »