Aujourd’hui on va faire un test un peu spécial, en un article vous aurez 3 tests, pas 1, pas 2, pas 4 mais 3 tests !

L’idée est simple en vérité, avec des amis nous faisons régulièrement des tests de bières entre nous, nous avons donc décidé de se faire un petit apéro autour de 3 bières différentes et y associer nos ressentis dans le but de faire un test basé sur 3 impressions.

Pour rappel, chaque test est une interprétation personnelle, raison pour laquelle, par exemple, je ne note pas les bières et que je ne suis même pas sur des sites comme Untappd.

Ce qui est intéressant ici, c’est de voir que l’ensemble des tests ont aboutis à peu près aux mêmes conclusions, force est de constater qu’on a l’habitude de déguster ensemble, du coup on s’est éduqué au final tous un peu en même temps et ensemble.

Il est probable donc que si nous avions fait cela, sans nous connaitre, nous aurions des avis peut être un peu plus variés, mais nos conclusions restent cohérentes je vous rassure, et quand bien même, avec des inconnus, vous devriez trouver une trame similaire dans les conclusions données.

Alors du coup on va parler de quelles bières ?

Et bien on va partir sur 3 bières, je vais vous épargner les parlottes sur chaque brasserie car je reviendrais sur elles pour de prochains tests à l’avenir, donc nous allons nous attarder véritablement sur chacune des bières par rapport à notre avis, purement et simplement.

 

1ere bière: Brasserie CLOUDWATER – Welcome to your life

Cette première bière Sour dont le nom m’évoque une chanson de Greenday (et je sais pas pourquoi en fait),  nous vient de Manchester.

Au verre nous retrouvons une mousse fine et peu persistante, celle-ci s’évapore assez vite et laisse sans défense une robe un peu jaunâtre avec quelques reflets orangés.

Au nez on ressent bien la mangue et quelques notes d’abricot par moment, un ensemble fruité appréciable qui reste correct et ne force pas sur le fruit justement, encore une fois le trop plein de sucre/fruit permet d’apprécier olfactivement l’ensemble.

En bouche on est forcément sur une attaque un peu acide (Sour oblige) et la mangue assortie du fruit de la passion vient tourner sur les papilles dans une espèce de danse parfaite, en totale équilibre pour une finale plutôt longue et très aromatique.

Une Sour qui passe très bien, certes, ce style de bière n’est pas pour tout le monde, mais une personne un tant soit peu aventurière qui veut s’essayer au Sour sans trop s’en prendre plein la tête peut débuter aisément par cette bière, elle pourra apprécier l’acidité mais aussi se réconforter un peu de ses péripéties gustatives avec un peu de fruit tropical.

 

2ème Bière : Brasseries Pophin et Kings Brewing – Vaumort Juice

Cette fois-ci on va aller sur une IPA brassée entre la brasserie Pophin dans l’Yonne, et les américains de chez Kings Brewing. Une jolie collab’ car c’est rare que 2 brasseries si éloignées collaborent sur un brassin, preuve en est que les brasseurs français commencent peu à peu à être reconnus sur le plan international, ce qui fait très plaisir !

Au verre on retrouve ici encore une mousse fin et peu persistante, la robe qui se découvre est d’un jaune pâle un peu trouble avec une carbonatation moyenne

Au nez on est sur une IPA classique avec une dominance sur l’agrume et des touches maltées très agréables.

En bouche, l’attaque est sèche mais parfumée, on se retrouve assez vite plongé dans l’agrume pour finir sur une finale douce et longue en bouche.

Une bière très agréable pour l’été, qui commence un peu fort et s’adoucit sur la fin, la pointe sèche du début permet de réveiller les papilles et la douceur de calmer le tout en nous rafraichissant agréablement.

 

3ème bière : Against the grain – The Brown Note

Amis du bon gout, bonjour! On va direction le Kentucky pour une bière un peu décalée et en dessous de la ceinture qui s’appelle The Brown Note.

Bon, j’avoue que la canette est peu ragoutante sur le principe, on sent là un gros délire des brasseurs par rapport à cette bière.

D’ailleurs, en français, « la note marron » ou plutôt « fréquence sombre » est une fréquence sonore théorique qui, au moment où elle est captée par le corps humain, fait perdre tout contrôle de ses flux intestinaux, et donc… vous vous faites dessus ! Attention toutefois, on est ici sur quelque chose qui n’a jamais été prouvé scientifiquement, bien que les fréquences auditives même inaudibles fassent parfois réagir le corps, aucune fréquence n’a jamais fait de telles choses à un humain.

Toutefois, cette probable légende urbaine est assez connue pour avoir eu par exemple, un épisode entier de Southpark.

Au verre, on retrouve une mousse fine et persistante, recouvrant une robe…. Marron (oui en même temps le nom n’est pas anodin !) et des reflets cuivrés.

Sur le plan olfactif nous retrouvons une odeur rappelant agréablement le café noisette.

En bouche nous faisons face à une attaque douce dotée d’un milieu aromatique toujours sur le café noisette qui se termine agréablement sur une certaine légèreté et une amertume assez subtile mais avec une belle longueur en bouche qui dure assez longtemps.

Une très jolie bière en soi malgré son aspect un peu « pipi/caca », elle fait sourire au début, mais une fois le rictus passé, on a ici un très bon produit.

  

 

Share Button

« »