IMG_6012Il est temps de revenir dans le sud de la France, vers ma région pour vous parler d’une bière fabriquée par les copains de Sulauze, dont nous avons traité plusieurs fois les bières sur le site, et qui font partie des fondateurs et initiateurs du fameux Provence Bière Connexion qui aura lieu sur Aix et Marseille du 25 au 30 avril 2016 !

Nous parlerons plus en détail de ce festival dans de prochains articles, aujourd’hui on va plutôt s’intéresser à une petite curiosité de nos amis de Miramas avec une Gose’illa !

Alors cette fois-ci on va aller sur une bière d’un style tout nouveau sur le site, la Gose !

Ce style nous vient d’Allemagne, il a été trouvé à Goslar dans le massif du Harz en 1397. Le nom vient de la petite rivière du même nom qui traverse la ville de Goslar.

Au début du 20ème siècle c’était une boisson assez populaire dans certaines régions allemandes.

C’est une bière assez originale, qui s’apparente assez facilement à une Lambic ou une Gueuze (le rapprochement avec le nom n’est sans doute pas une coïncidence non plus) et lors du brassage, à base de malt de blé, on ajoute du sel et de la coriandre, chose contraire à la loi de la pureté allemande, qui en fait une sorte de bière rebelle quand on y songe.

Ce style a failli disparaitre à la seconde moitié du 20ème siècle, la dernière brasserie fut démontée en 1945 par les soviétiques. Un petit brasseur relança une production en 1949 jusqu’en 1966. Ce ne sera qu’en 1986 que la bière refera surface grâce à un professeur de Leipzig (elle était la boisson emblématique de la ville en 1900). Après la chute du mur de Berlin, le bar produisant la Gose devient populaire, et petit à petit d’autres emboiterons le pas jusqu’à un petit miracle en 2004, où la Gose reviendra se faire mousser à Gose, un retour aux sources !

 

Aucun lézard géant radioactif dans cette bière

Au verre nous avons droit à une jolie mousse qui peine un peu à s’accrocher au verre si on ne la stimule pas en tournant le verre.

La robe est dorée et trouble avec une très belle carbonatation. La bière a un très beau parfum iodé assorti de notes d’agrumes, le citron jaune plus particulièrement.

 

Gose toujours tu m’intéresses !

On retrouve un début léger, très doux, avec un gout très ressemblant à un bon jus de citron aux touches iodées, salées.

Le gout est superbe, le sel est présent mais bien dosé, le gout est surprenant mais léger et rafraichissant, il nous fait penser, pour schématiser, au jus de citron que l’on aspire en mangeant des huitres, on retrouve ce même mélange d’agrume et de sel très agréable.

La finale est courte et peu amère, mais elle donne envie de se resservir !

 

En conclusion

Une bière parfaite pour l’été en remplacement d’une Radler, mais qui, je pense, doit s’accorder parfaitement avec des plats ou fromages de qualité, mais n’étant pas spécialiste de ce genre de chose, je me pose la question, avec quoi on accorde cette merveille ?

Je vous le dis, foncez, le gout vous surprendra et vous en redemanderez, une belle réussite de Sulauze qui nous habitue encore une fois à des produits de très bonne facture. Et surtout bravo à eux pour avoir fait découvrir un style encore inconnu en France !

IMG_6006

Share Button

« »