IMG_3858Les amis nous allons aujourd’hui nous diriger dans le 38 pour déguster la première bière sur le site, de la brasserie artisanale du Dauphiné, et nous allons aller sur une Mandrin Réglisse !

Alors tout d’abord je vais vous parler un peu de cette petite brasserie artisanale, dont vous pouvez trouver certaines références chez Nature et Découvertes (en plus de vos cavistes).

La brasserie a été fondée en 2002 par Vincent Gachet, un artisan brasseur qui aime faire partager sa passion aux gens. Pour l’anecdote ses grands parents ont travaillés à la Brasserie de la Frise en 1940 (aujourd’hui disparue) comme quoi, les chiens ne font pas des chats !

Le nom Mandrin vient d’un célèbre contrebandier du nom de Louis Mandrin qui fut considéré comme le « robin des bois » local, et comme l’un des premiers à se révolter contre l’état souverain 30 avant la révolution française. Il sera finalement arrêté et exécuté en 1755, ses deux frères prendront un temps la relève après lui. Son nom est devenu une référence, une chanson fut même écrite : « la complainte du Mandrin » mais on ne connait pas les auteurs. Il était très connu, et aujourd’hui encore on célèbre son nom, à St Etienne de Saint Geoirs est organisé tous les 5 ans une fête en son honneur : les Mandrinades.

On retrouve des rues à son nom, des films, des livres,  des musées et expositions, des chansons…. D’ailleurs vous trouverez plus bas une version de la complainte du Mandrin interprétée par Yves Montand !


Maintenant passons directement au test de notre première Mandrin ! La brasserie fait aussi des bières aux noix, aux 7 plantes, au miel, au sapin, au chanvre, ainsi que des classiques du genre ! On n’a pas fini d’en parler car j’ai encore quelques Mandrin en cave !

Un dernier détail, je déteste la Réglisse, en bonbons, alors en bière est ce que je vais aimer ? Ah ah !

 

Nous étions vingt ou trente, Brigands dans une bande…

Au verre nous avons une jolie mousse fine qui s’évapore un peu vite dans le verre, la robe est d’un noir très beau avec des reflets marrons / caramel, le tout est assez trouble et très joli à regarder.

Au nez on a une dominance de la réglisse, la racine de réglisse utilisée fait bien son effet, on trouve aussi des notes de sucre et de malt torréfié, l’odeur est très jolie, pas du tout écœurante, assez bien équilibrée, ce qui est assez important pour moi qui suit assez réticent à cet ingrédient en général.

 

Ils m’ont jugé à prendre, Ah ! C’est dur à entendre !

L’attaque est relativement douce, la réglisse apparait en milieu mais peu de temps, l’astringence rattrape vite la donne bien qu’elle soit légère, s’en suit une longueur en bouche très agréable. La réglisse est bien présente mais elle reste légère et bien dosée.

 

En conclusion

Aux premiers abords, je dirais qu’elle manque un tantinet de caractère, mais après réflexion c’est parfait ! La réglisse c’est en général le bonbon qu’on laisse souvent de côté avec les Haribo…. On a toujours un seul type dans la bande qui les mange, et les autres qui le regardent bizarrement. Partant du postulat que ce n’est pas un ingrédient qui plait à tout le monde, le fait que la réglisse soit savamment bien dosée de manière à donner un petit plus agréable à cette bière brune est vraiment un joli exploit ! Même moi qui n’aime pas cela, j’ai aimé pourtant la bière, parce que la réglisse a su se montrer discrète et donner juste ce qu’il faut pour apporter un petit quelque chose original à une brune artisanale sans doute très bonne même sans présence de réglisse !

IMG_3872

Share Button

« »