Aujourd’hui les amis, première bière d’une longue série, une Stay Puft des Gallois de Tiny Rebel!

Alors qui sont ces p’tit gars ? Il s’agit de Bradley Cumings et Gazz Williams, qui se sont lancés en 2008 dans l’aventure.

Gazz, alias Gareth, est le beau frère de Bradley. Celui-ci a appris le brassage par son grand père et a proposé à Bradley de brasser avec lui dans le garage de son père. Au départ la bière était donnée aux amis puis à force d’amélioration et de passion, nos deux compères décident de se lancer dans un business plan et quelques péripéties plus tard, la brasserie était née!

Nos deux amis sont des geeks assumés, les bières en sont un parfait reflet, citons la Hadoken (référence direct à Street Fighter), et la Stay Puft que l’on teste aujourd’hui, qui est une référence directe à Ghostbusters.

La brasserie a une gamme plutôt étendue et originale, au design atypique et reconnaissable (la mascotte est un nounours blanc à moitié mort avec ses yeux en croix), et de nombreuses récompenses leur ont été attribués.

On compte environ 13 bières différentes dont un cidre, et fort de son succès, 2 bars ont ouvert à Newport et Cardif. Niveau exportation, la brasserie transmet ses boissons à une vingtaine de pays différents et c’est encore le début, et croyez moi, j’en ai goûté quelques unes, elles valent le détour!

Nous allons nous tourner vers la Stay Puft, une Porter brassée avec des Marshmallows, dont le premier brassin est parti en 36 heures dans les gosiers des clients, faisant donc penser en toute logique, qu’il fallait faire encore d’autres brassins de cette bière plutôt originale!

 

Une référence à Ghostbusters, rien que là ils marquent un point non?

Visuellement on est sur une Porter, aucun dout, la mousse est épaisse, teintée d’une belle couleur d’ivoire blanc cassé, elle est persistante et crémeuse et ressemble à s’y méprendre un marshmallow qui recouvre la bière.

La robe quant à elle, est noire comme de l’encre de chine, aucune teinte, la lumière ne passe absolument pas et reste sombre.

Au nez nous sentons aux premiers abords le sucre, puis en tournant on sent indéniablement le marshmallow, puis le malt torréfié. Chose très amusante et un peu effrayante car une odeur aussi marquée, peut faire penser que niveau goût, ça va etre un peu too much…

 

Ne faites pas griller cette bière au feu d’un bois

L’attaque (si je puis dire) est douce mais relativement neutre, en milieu le sucre commence à se faire entendre pour se métamorphoser en un gout agréable de marshmallow finissant sur une note légère de malt torréfié avec une amertume presque indétectable au palais.

Un gout tres original mais…

En conclusion

Mais voilà, même si je l’ai beaucoup aimée, il va sans dire que cette bière frôle avec le reproche fait à certaines brasseries, voulant, dans un élan d’originalité, créer des mélanges trop ambitieux qui aboutissent à un résultat souvent trop sucré et vite écœurant.

Si certaines bières comme des bières fruitées de chez Chapeau, des Bourganel Nougat, des XO Cognac ou encore des Cookie Beer, ont eu raison de moi après quelques centilitres par le fait que le sucre ou le produit ajouté dedans était trop présent au point de dénaturer la bière, ici on est juste au bord de ce précipice.

Évitez une pinte, vous serez écœuré au bout de 25cl et encore! Je vous l’ai dit, j’ai adoré, et elle ne m’écoeure pas au bout d’un galopin de 12.5cl comme certaines que j’ai cité, en revanche, un demi suffira amplement à vous amuser, à accorder votre dessert également mais pas plus!

Au contraire, partagez cette bière!

Mais je ne discrédite pas cette bière, au contraire, je tire mon chapeau à ces gars car ils ont réussi à ajouter un produit pourtant TRÈS sucré, pour créer une recette inédite qui parvient à rester juste malgré la difficulté de ne pas écœurer rapidement les consommateurs.

En bref, tentez le coup! Mais n’y allez pas trop fort non plus au risque de vite être dégoûté!

Share Button

« »