Les amis, on va rester sagement à la maison pour le test d’aujourd’hui, en effet, c’est bien beau de voyager, parler des bières d’autres régions, mais parfois c’est bon de rester chez soi.

Alors on va juste marcher quelques mètres et aller voir Jérôme et son équipe chez Zoumai et déguster une petite Pomègues.

Bon, Zoumai j’en ai parlé précédemment, la brasserie est devenue incontournable, présente un peu partout dans la ville, restaurants, bars et même cinémas, on ne peut plus ne pas les connaître, donc inutile de revenir encore sur l’historique, mais on reviendra plus tard sur leur actualité c’est promis!

Avant de continuer sur la bière, je vais en profiter pour vous parler un peu du nom, car souvent je n’y fais pas de développement alors que parfois c’est intéressant, et dorénavant je tacherais de vous faire un petit point culture si je peux dans les nouveaux tests. 

Alors Pomègues ca veut dire quoi? Et bien il faut savoir que Zoumai a axé sa stratégie nominative de ses recettes sur le littoral Marseillais, autrement dit, la plupart des bières de la brasserie ont un nom d’île Marseillaise!

Pomègues est justement l’une d’entre elles, elle fait partie de l’Archipel du Frioul, reliée à l’île du Ratonneau par une digue portuaire. Le Frioul c’est un archipel de 4 îles, la troisième est nommée Tiboulen et la quatrième étant l’île d’If, célèbre pour son château dont la notoriété est due à ce cher Alexandre Dumas et son roman, le Comte de Monte Cristo. If est uniquement accessible en bateau, elle est située quelques kilomètres avant les 3 autres îles, c’est un lieu touristique très prisé, surtout l’été.

Le Frioul en lui même est un archipel d’île faisant partie du 7ème arrondissement et peuplée d’environ 150 personnes. On y trouve quelques restaurants, une épicerie, un stade de foot (ou j’ai joué plus jeune parfois) et surtout l’hôpital Caroline qui fut construit pour accueillir les nouveaux venus et les mettre en quarantaine, notamment lors de soupçons de fièvre jaune. Cet endroit est aujourd’hui restauré et visitable grâce à l’association Caroline depuis plusieurs années. 

Le Frioul c’est une île sans arbres (tous coupés, donc peu d’espèces terrestres hormis des rats, lapins et chats errants, on y trouve surtout une faune maritime et des oiseaux de divers espèces). C’est un espace protégé, mais beaucoup de promoteurs y voient un endroit parfait pour des complexes hôteliers ou de villas pour les plus fortunés, ce qui, en tant que Marseillais est tout bonnement inacceptable car cette presqu’île est historiquement militaire, mais elle appartient aux Marseillais, et surtout, elle ne doit pas tomber entre les mains d’investisseurs peu respectueux qui encore une fois, créeraient un clivage entre les populations.

En effet, la ville de Marseille est très mal gérée, ce n’est pas politisé comme message, c’est malheureusement vrai et tout les gens un minimum censés, de droite ou de gauche, peuvent en témoigner s’ils vivent dans cette ville, seuls ceux vivant dans une bulle sont incapables de déceler les incohérences incroyables de notre Mairie. J’en veux pour preuve, la mairie, pour du clientélisme, revend des parcs publics comme la villa Valmer à de riches investisseurs, faisant perdre aux Marseillais un magnifique parc avec vue sur la mer, souvent prisé pour les photos de mariages les weekends. Mais ce n’est qu’un exemple et cet archipel est une de nos îles à nous, Marseillais, elle ne doit donc jamais tomber entre de mauvaises mains.

Je digresse un peu bien sur, mais il est important de connaître à la fois d’où vient le nom de Pomègues, et y connaître un peu l’histoire derrière ce simple nom de bière, et maintenant vous le savez! 

Mais alors du coup, c’est bien beau tout ca, mais cette bière, elle vaut quoi?

Une Pomègues entre collègues

La Pomègues est une bière d’hiver brassée aux coings, l’hiver approchant, il était normal de vous en parler, même si je l’ai bu en été…ahem….

Au verre on se retrouve une mousse crémeuse, fine et persistante, aussi fine que la végétation de l’île elle même. Sa robe est cuivrée avec de jolis reflets rougeâtres.

Au nez, on retrouve le coing, en parfait équilibre, aucun trop plein de sucre justement comme beaucoup trop de bières brassées avec des fruits, ici on oscille efficacement entre le malt et le coing et l’ensemble est doux aux yeux et le tout est parfaitement carbonaté et mélodieux quand on écoute nos bulles remonter à la surface.

 

L’hiver indien à Marseille

En bouche on a un début très doux, le coing se ressent parfaitement et toujours de manière équilibrée, on a ici une belle harmonie des saveurs qui se termine par une petite pointe puissante qui réchauffe un peu le gosier, et qui offre une longueur en bouche conséquente.

 

En conclusion

Une bière fruitée qui vous réchauffe? C’est possible en effet, ici on a une bière équilibrée, puissante mais ronde, idéale pour l’hiver et qui dénote totalement des nombreuses bières de Noel, sans chauvinisme, ici, on a une belle bière et la nouvelle édition ne va pas tarder à venir pointer le bout de son nez au moment ou j’écris ces lignes!

Share Button

« »