IMG_5750Aujourd’hui les amis nous allons faire un petit tour en Ecosse, pays des moutons, du Whisky, de la tourbe et des magnifiques Highlands !

Aaaah l’Ecosse, j’y suis allé et je compte y retourner car ce pays est merveilleux, et je ne dis pas cela parce que ils savent boire de bonnes choses (même si c’est un tout petit peu vrai !), je dis ca parce que le pays est simplement magnifique et riche de merveilles à découvrir !

Mais passons ce petit interlude introductif digne d’un pseudo-docu de National Geographic pour revenir dans le vif du sujet de ce blog, c’est-à-dire la binouze, la mousse, la bibine, bref LA BIERE !

Les Williams Brothers, des p’tits gars bien sympas !

Cette bière vient de la brasserie des frères Williams, « Williams Brothers Brewing Company », elle est située en Ecosse (pour les deux endormis prés du radiateur qui suivent pas !), plus précisément elle est située dans la petite ville de Alloa (non rien à voir avec une île tropicale !). Cette ville comptait 8 brasseries mais aujourd’hui il n’y en a plus qu’une, celle dont je suis en train de vous parler bien évidemment.

Cette brasserie fondée par Bruce et Scott Williams, dont on peut voir les bouilles sur les étiquettes, ont placé leur brasserie sur les berges de la Forth, celle-ci est indépendante, elle fait elle-même la mise en bouteille, et sa capacité de brassage est de 40 fûts.

La bière dont je vais vous faire le test est une Porter Ale, une bière a fermentation haute dont le style est né en Angleterre, ce type de bière a donné naissance à un style de bière que vous connaissez sans doute très bien, voire sans même connaitre son nom, la Stout, dont le plus emblématique représentant est Guinness !

Nos deux frangins ont cherché des recettes de bières dans les archives de l’université de Glasgow et ont découvert que certains brasseurs utilisaient de la réglisse, du lin ou encore du gingembre dans le but d’adoucir la bière.  Et vous allez comprendre pourquoi cette bière a des saveurs aussi complexes les amis ! Elle est brassée avec du gingembre et de l’avoine pour lui donner un corps relativement soyeux, elle a reçue de nombreuses récompenses.

Sachez que la recette de cette bière date du 17e Siècle, c’est donc bien dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes…ou un truc comme ca..

 

Noir c’est noir, mais on n’y voit aucun désespoir par contre

Maintenant que vous en savez plus sur ce que vous allez boire il est temps pour nous d’ouvrir cette bière et la verser dans un verre.

La bière est bien noire je vous le confirme, mais d’un très beau noir, on confondrait presque avec un beau café noir, j’ai vraiment adoré sa couleur, tout ce que j’aime dans ce genre de bière. Et la mousse est fine mais de couleur blanc cassé, presque des allures de café je vous dis !

A l’odeur on dénote une certaine légèreté, peu d’alcool au nez, essentiellement du malt torréfié (classique me direz vous mais certaines bières n’ont même pas cette odeur), avec aussi des petites notes de café et de chocolat mais à petites doses. En gros les odeurs que l’on attend de ce type de bière, sauf qu’ici on dénote un petit quelque chose en plus, j’ai mis du temps à le percevoir mais c’est en fait le gingembre que l’on sent en toute fin, mais pour ma part c’est très subtil.

 

Midnight Oil in your mouth

Comme vous le voyez mes recherches de titres sont complètements what the fuck car trouver des jeux de mots sur un tel nom s’avère un défi aussi grand que rire à une blague de Tex ou Didier Becaro (oui hélas j’ai connu le chômage moi aussi…) mais passons ces bêtises et goutons ce breuvage !

Alors ce qui est plutôt sympa avec cette bière c’est sa légèreté, on n’est pas face à une bière qui vous attaque direct en bouche avec son alcool, bien que parfois c’est une très bonne chose. Celle-ci est très peu amère en bouche, on ressent un petit arrière gout de café, dominé au départ par des saveurs de caramel pour finir par une petite touche épicée assez subtil mais qu’on perçoit après quelques gorgées (enfin pour ma part), c’est en gros le fameux gingembre utilisé dans le brassage.

 

En conclusion

Voila encore une fois une bière qui nous prouve que les écossais savent aussi bien faire les bières qu’ils savent distiller des bons whiskies ! Les deux frérots ont fait un travail remarquable ici et je salue l’initiative de chercher dans les vieilles recettes qui marchent plutôt que de la nouveauté mal équilibrée comme certaines bières.

Goutez cette bière, nature, ou bien avec des amuse bouches salés, certains disent qu’elle se marie bien avec du comté également (et je les crois !).

 

IMG_5755

Share Button

« »