Alors, j’arrive un peu après la guerre diront certains, on a passé le 8 Mars mais beaucoup d’articles sont déjà parus pour souligner les actions du weekend dernier menées tambour battant par nos amis brasseuses. 

Bien sur, j’ai aussi un peu anticipé sans le vouloir via mon dernier billet sur les bières sexistes, qui a mis la cerise sur la gâteau dégueulasse du sexisme dans la bière, et au final les événements actuels ont accéléré d’autant plus les choses auprès de la gente féminine qui a décidé une bonne fois pour toute de l’ouvrir et ne plus se laisser faire. 

Alors on va la jouer simple, un plaidoyer existe et j’y suis associé, j’en ai déjà parlé, une bière de femme ça n’existe pas, une bière faite par des femmes, là oui, ca existe et depuis très longtemps en vérité! 

Au delà du prisme de la bière, la gente féminine a toujours été mise de côté, discréditée dans ses découvertes et ses oeuvres. Après tout, allez dans un musée, combien de peintre femme trouvez-vous? Citez-en une que vous connaissez parmi les plus connues? Aucune, et pourtant on arrive non sans mal à vous sortir Hitler comme peintre mais peu de femmes parviennent à sortir du lot de votre culture générale et la mienne. 

Heureusement, des pionnières ont existées, et de tout temps, bravant souvent la mort, ou l’ayant subit. Le monde a changé, et on en fait partie, alors si tu as peur pour ta virilité, si tu estimes qu’on peut plus rien dire, ou que la femme c’est un concept qui doit fermer sa gueule, je t’invite à aller sur un autre blog où ta masculinité te sera pas mise en péril. 

Non, ici aujourd’hui, on va parler de plusieurs choses, le Brewday par les Pink Boots, les Pink Boots, et enfin le fameux plaidoyer que vous avez vu tourner que l’on va justement afficher sur notre blog (et qui est aussi chez les autres). 

 

C’est quoi les Pink Boots ?

Bonne question l’ami! (oui je me parle à moi même), C’est une association américaine créée en 2007 par Teri Fahrendorf, une brasseuse de l’Oregon qui portait des bottes roses. 

En gros, c’est une association qui regroupe les femmes brasseuses mais aussi toutes celles qui sont actrices de ce milieu par d’autres moyens, comme des autrices, des blogueuses, des cavistes etc…. Le but de cette association est bien entendu la création d’une force et d’une synergie féminine face au milieu essentiellement masculin, mais aussi et surtout un groupement d’entraide via un réseau, permettant de mettre en valeur le travail des femmes dans la bière et le reste, via leur savoir-faire et leur expertise, et ce, dans le monde entier! 

Vous le savez maintenant si vous suivez mes écrits, la femme dans la bière, ça date, c’est devenu un truc de mecs depuis que les mecs ont vu qu’ils pouvaient brasser de l’argent avec la bière, le côté “pousse toi, maintenant c’est un truc de bonhomme parce tu es une faible femme et que tu n’y connais rien au capitalisme”. 

Parfois, l’ignorance des gens face aux femmes dans la bière me fait songer à ces régimes totalitaires qui brûlent des livres pour détruire un peuple ou une minorité en détruisant son histoire…. Au final je n’ai pas peur de dire que les femmes ont subi le même sort mais l’histoire revient toujours à la charge. 

Ce groupe, les Pink Boots, est là aussi pour lutter contre le sexisme par exemple, et de nombreuses antennes existent dans le monde entier, en Allemagne, en Suède, en Espagne etc… et aussi en France où l’association est actuellement en création (mais déjà très active). 

En France aussi il existe de nombreuses brasseuses et actrices du milieu, j’en ai parlé pas mal, et il y en a de plus en plus. Après tout, la première cave de Marseille, c’est Vanessa, la brasserie de Rubé, c’est un couple homme/femme, tout comme Partfaite, la brasserie Dusse, la Comédienne, les sortilèges etc…. Des dames aussi! Et oui! 

Cette association se développe et va établir de plus en plus d’actions. Non pas pour taper sur les méchants hommes gratuitement (Au secours ma virilité!) mais pour dénoncer certaines pratiques sexiste, promouvoir la valeur ajoutée des femmes dans le milieu, veiller à la parité et au respect, et toute autre action destinée à faire en sorte que les femmes cessent d’être mises de côté dans un milieu finalement assez “macho” mais qui doit et va devoir, vivre avec son temps, celui où les codes sont décousus et tendent vers finalement, une certaine normalité et égalité des gens car comme le dit ma compagne qui étudie l’anthropologie : On est tous humains! 

Si vous voulez suivre les actions des Pink Boots France c’est sur leur page Facebook (https://www.facebook.com/PinkBootsSocietyFrance/ ) et vous pouvez les joindre à l’adresse suivante :  pinkbootsfrance@gmail.com 

Le Brew day 2020 

A chaque réunion annuelle, la Pink Boot Society se réunit et créer un brassin collectif dans une brasserie. Le houblon est fourni par Yakima Chief Hops, un des acteurs majeurs du houblon. 

L’an dernier, nos amies sont allé brasser chez les foufous de O’Clock Brewing, on a pu trouver ces bières en édition limitées dans plusieurs salons. Cette initiative fut celle de 3 femmes en particulier, Garlonn Kergourlay (consultante indépendante), Dorothée Van Agt (caviste, zythologue et brasseuse) et Mélanie Antier (Responsable commerciale chez O’Clock). Le brassin a réuni une vingtaine de femmes pour donner une très bonne Neipa, qui fut lancée à titre officiel lors du Lyon Bière Festival. 

Cette année, ce seront 2 brassins collectifs qui vont être créé, le premier a eu lieu le 09/03 chez Sulauze, à Miramas, que vous connaissez sans aucun doute, et que je connais aussi très bien depuis des années (camarades provençaux oblige!) et donc je vous ai maintes fois parlé. Le second brassin a lieu le 11/03 chez la brasserie Caporal à Toulouse, dont nous aurons l’occasion de parler lorsque nous parlerons justement ce second brassin!

Comme l’an dernier, ces bières seront commercialisées lors du Lyon Bière Festival (dont on attends à ce jour les infos pour sa bonne tenue ou pas, à cause du fameux virus Covid-19). 

Si vous voyez donc ces bières, non seulement je vous conseille de la goûter, mais aussi de vous renseigner sur les actions de nos amies de la Pink Boots Society pour à la fois comprendre leurs actions, mais aussi et surtout pour les soutenir. 

La Pink Boot Society est certes, un groupe 100% féminin, mais c’est aussi un groupe qui est en lien avec les hommes qui les soutiennent véritablement. N’y voyez donc pas un club fermé stupide comme l’ont été longtemps les franc maçons (oui vous savez la société secrète masculine qui a son magazine chez Relay….). 

Et justement, des hommes qui agissent et ont envie d’agir, il y en a, et j’en fais partie, et tout récemment un plaidoyer est sorti et a été co-signé par divers hommes qui se sont engagés eux aussi, à réduire et faire disparaître les clichés sexistes et toute autre action négative envers les femmes dans le milieu brassicole (et encore une fois il faut le faire partout!). 

Les Pink Boots chez Sulauze le 09/03

Plaidoyer de soutien anti-sexiste

Tout récemment, une des nombreuses actrices du milieu brassicole et viticole a fait une énième remarque sur le sexisme par rapport à une bière fruitée et sucrée brassée pour les femmes, en l’honneur de la journée de la femme, par un brasseur pour un magasin d’informatique (Kamoulox?). 

 

 

On va passer outre l’affaire qui a été relayée ça et là sur les réseaux, mais cela a eu le don d’être un élément déclencheur qui a décidé Sandrine, autrice du blog “Gérard à Table” (https://t.co/dT714b9pBG) que je vous conseille vivement, de proposer un plaidoyer aux hommes qui veulent lutter aux côtés des femmes sur ce sujet. 

Ni une ni deux, Garlonn (Il était une brasserie) relaie l’information sur les réseaux et très rapidement, une opération se met en place via Cédric Jamar et Laurent Mousson et après plusieurs refontes et appels aux signatures, un plaidoyer officiel est sorti et vous allez pouvoir le retrouver et le lire ici même! 

Egalement dispo en PDF ici : Plaidoyer Biere

En conclusion

Bien des progrès sont à faire, mais bon nombre de personnes, hommes et femmes, veulent agir pour nettoyer quelque peu tout le merdier cumulé depuis de nombreuses années. On aura beau critiquer une comédienne qui sort d’une salle en gueulant, une animatrice qui fait des blagues sur un violeur, s’accrocher à des mœurs dégueulasses “tolérés” dans les années 70 par bon nombre d’hommes connus et moins connus, et j’en passe, il n’en est pas moins que tout change. Il est temps d’arrêter le sexisme ridicule car, non seulement ça ne fonctionne plus du tout, mais en plus maintenant, les femmes, bien qu’encore très malmenées dans le monde, l’ouvrent et agissent. 

La bière c’est un petit milieu au final, et ce n’est rien comparé au reste, mais si chaque personne d’un secteur ou milieu commence à se dire qu’il faut changer, alors petit à petit on va parvenir à faire quelque chose de concret. 

Je les vois les abrutis qui ont peur pour leur virilité, qui vont pleurer à coup de “on peut plus rien dire gneeeh”, ceux qui vont faire des blagues merdiques qui ne font rire que le tonton raciste qui vote Lepen et j’en passe… mais les gars, allez juste vous faire cuire le fion une bonne fois pour toutes et assumez le fait que d’une part ce qu’on vous a enseigné autour de vous, c’est de la merde, et surtout, si vous avez un minimum de logique, vous verrez que justement c’est fondamental de changer tout cela. 

Car il y a une différence majeure entre de l’humour et du mépris, et quand on voit une bière avec un nom sexiste, ce n’est pas une forme d’humour, c’est du mépris manifeste qui mise tout sur une provocation pour faire du pognon dessus….et curieusement rares sont les bières qui ont des noms sexistes envers les hommes, à taper toujours sur les mêmes, on fini tôt ou tard par prendre un retour de bâton en pleine gueule. 

Moralité : Le monde a changé, et doit changer, sur biens des aspects, écologiques, éthiques, sexistes, et j’en passe, on voit de plus en plus via Internet les conneries faites par nos anciens, mais aussi celles faites de nos jours, sans compter la masse abrutie des gens qui bouffent chaque jour la soupe qui leur est servie sans se poser de question, il est temps de se réveiller une bonne fois pour toute et se poser les bonnes questions, et pour cela, pas besoin d’aller dans les extrêmes, chaque petit geste, chaque preuve de soutien donnera de la force à chaque mouvement majeur qui a justement pour but de faire en sorte que les choses aillent dans un sens plus logique et qui ne nous mène pas tout droit à notre perte.

Sur ce, les amis, on se retrouve très vite pour parler de choses plus légères! 

Share Button

« »