Aujourd’hui les amis, nous allons vers un pays tout nouveau pour le site, la Pologne!

J’ai chez moi quelques classiques de Pologne, mais pas encore eu l’occasion de les passer, mais là, on a ici une brasserie jeune et dynamique, fondée par 4 potes un peu foufous, la brasserie Kingpin!

Pour l’instant, j’ai peu de renseignements sur l’histoire de la brasserie, le site en dit peu, et peu d’infos me sont parvenues, mais tout ce que je sais, c’est qu’ils ont ce petit grain de folie qu’on retrouve chez O,Clock, Brewdog, Tiny rebels ou encore Flydog. Il n’y a qu’à voir leur gamme très variée et qui regorge de recettes originales!

Nous allons ici nous interresser à la Gosebusters, une Gose brassée avec du lactose, de la coriandre, du sel de mer et du cacao, pour un ensemble qui rappelle, dixit l’étiquette, du caramel salé.

Alors avant tout, ce n’est pas la première fois que nous testons de la Gose, rappellez vous, nous avions déjà goûté la fameuse Gose’illa de chez les copains de Sulauze il y a quelques temps.

Je vous invite à relire l’article consacré à cette bière car nous avions expliqué justement ce qu’était la Gose !

 

Who you gonna call?

Notre jolie polonaise nous propose une mousse de couleur ivoire relativement peu persistante, on retrouve une robe noire avec de jolis reflets rubis et terre dans laquelle les bulles sont assez agitées.

Au nez on est sur une odeur en dominance caramélisée et maltée, mais on retrouve des notes légèrement fruitées également, une odeur relativement agréable qui donne très envie d’en savoir plus!

 

We came, we drink, we kick your ass!

Le départ se veut assez porté sur l’acidité, sans être agressif bien entendu, puis le caramel arrive timidement pour ensuite se faire un peu plus présent sur la fin.

La finalité assèche vite le palais et se conclut étonnamment sur des notes de fruits rouges macérés très agréables, chose qui peuvent varier selon votre dégustation bien entendu!

 

En conclusion

Une belle bière, le caramel salé se fait tout de même un poil trop discret, vite dominé par un final un peu sec qui aurait peut être mérité une douceur plus prononcée pour prolonger le plaisir de cette saveur justement, mais l’ensemble est assez rond en bouche, plutôt agréable même, et on obtient ici un très bon produit, original, mais toutefois un poil moins surprenant que la Gose’illa de Sulauze qui m’avais beaucoup surpris par son alliance de saveurs iodées et d’agrumes.

Une brasserie à suivre, et croyez moi, j’ai d’autres bouteilles en cave!!

Share Button

« »