Tag Archive: snbi


 

Quand David tient tête à Goliath

Nous l’avons vu sur les 2 premiers chapitres, nos amis industriels ne manquent pas de moyens, ni d’imagination pour faire face à la révolution brassicole. 

Et si depuis le début, je vous parle d’eux, je ne vous ai pas parlé encore de l’autre camp justement, ceux que je défend personnellement, les brasseurs artisanaux!

Alors justement, l’ennemi des grands groupes a plus d’un tour dans sa poche, alors comment fait il pour gagner doucement mais surement, des parts de marché de groupes industriels gigantesques au point qu’ils cherchent à les concurrencer par tous les moyens possibles et imaginables? View full article »

Share Button
 

Source: The Mad fermentationist

Ils sont incontournables, ils sont partout, vous ne pouvez pas leur échapper vraiment, même si vous êtes un beersnob à un level incroyable, non les groupes industriels sont partout!

Moi même je bois de l’industriel parfois, une soirée où on ne trouve que de ça par exemple, je ne fais pas la fine bouche, il y a des bières industrielles meilleures que d’autres après tout, et on peut aussi trouver des bières artisanales très mauvaises, cela arrive. Et puis beaucoup d’entre nous ont commencé par de l’industriel, moi c’était Carlsberg et Guinness par exemple. Je dis toujours que les bières industriels sont souvent une porte d’entrée au craft, elles permettent à beaucoup, justement, de s’éloigner d’eux pour de bon après avoir clairement décelé la différence de goût et surtout de qualité.  View full article »

Share Button
 

Aujourd’hui pas de test, j’essaye un peu de vous faire plus de petits et gros dossiers sur l’univers brassicole et aussi sur de la retro-actu, et je vais revenir sur un mouvement initié en 2017 par plusieurs brasseries artisanales indépendantes américaine, le mouvement “Take Craft Back”.

Ce mouvement a pour but, et pas des moindres, le rachat par des indépendants, de ABinbev via une campagne de Crowd funding, dont le but à atteindre est de 213 Milliards de $.

La campagne est maintenant terminée, et comme ils le disent, ils ont presque réussi l’objectif en cumulant environ 3 850 000$…. Évidemment cet argent n’est pas parti dans leurs poches, cela constitue des promesses de dons, qui, pour ceux qui l’ont fait, leur ont permis d’obtenir des goodies. C’est bien entendu un mouvement à but non lucratif en vérité, bien orchestré et assez culotté qui vise à pousser un coup de gueule contre la grosse industrie qui rachète à tout va chez les brasseries artisanales américaines (et depuis quelques temps, en Europe aussi). View full article »

Share Button
 

Aujourd’hui j’avais un peu de revenir sur une actualité de ce début d’année, le Label France pour les bières, créé par Brasseurs de France.

Alors déjà Brasseurs de France en gros c’est qui? Et bien c’est un collectif regroupant théoriquement, tous les brasseurs français, souhaitant y adhérer bien entendu, en vue de promouvoir la bière et dynamiser son secteur. Pour vous faire les grandes lignes on va dire.

Cette association n’est pas nouvelle, elle date de 1880, autant dire qu’ils ont de la bouteille, d’autant qu’ils étaient le seul groupement actif jusqu’à il y a peu (sauf erreur de ma part).

Sur le principe l’idée est bonne, d’autant que tout ceci date d’il y a plus d’un siècle, mais pourtant, le secteur a changé depuis sa naissance. View full article »

Share Button
 

Comme beaucoup le savent, je suis Marseillais, et après des années de désert brassicole, nous avons pu enfin rattraper notre retard en Provence grâce à de nombreuses brasseries et un collectif motivé que sont Les bières de Provence.

Et bien cette année, deux brasseries sont nées, la première nous en parlerons une autre fois (la Commun’ale), mais la seconde, elle est là, elle est prête et elle s’appelle Zoumaï et nous allons vous la faire découvrir avant de passer en revue leurs bières dans d’autres articles à venir!

Alors déjà le nom vous paraît insignifiant je suppose, une onomatopée qui ne veut rien dire, et pourtant, c’est une interjection provençale composée de Zou (allez) et Maï (encore). On vous laisse deviner comment l’employer devant votre barman préféré.  View full article »

Share Button