IMG_6130Oui, vous lisez bien, on va gouter une Guinness aujourd’hui, mais pas n’importe laquelle, une nouveauté issue d’une actualité dont je vous avais fait part il y a de cela plusieurs mois.

Guinness est surtout connue pour une seule bière, sa Stout, et ses variations de gamme sont peu nombreuses et n’existent souvent plus sur le marché, on ne connait que sa Stout, surtout en France.

Néanmoins l’an dernier, Guinness a voulu orienter sa gamme sur l’artisanal, ou tout du moins s’en approcher on va dire. Elle a laissée soin à ses brasseurs d’élaborer de nouvelles recettes, ou utiliser d’anciennes pour élargir sa gamme justement, et le résultat est actuellement trouvable chez vos cavistes ou dans des supermarchés comme Monoprix.

Je ne vais pas ici vous parler de Guinness et son histoire, ce serait trop long et je songe plutôt vous faire un article à part sur cela, une saga sur ces grands groupes justement.

Tout ce que je peux dire, c’est que si même Guinness s’oriente sur l’artisanal, c’est que justement les choses changent, et le local fait peur au global.

Du coup, aujourd’hui, nous allons nous diriger sur une Dublin Porter et voir un peu ce que cela donne !

Une Guinness et puis c’est Stout !

Versons notre Guinness dans le verre, ici une jolie mousse, épaisse, crémeuse, persistante et d’un joli blanc cassé, rien de fou, on se doute que le produit est abouti sur cela, mais cela reste visuellement agréable, c’est indéniable.

Au nez on reste classique, du malt torréfié, un léger caramel mais aussi quelques petites pointes acides et fruitées, plutôt sur le fruit confit que le fruit frais d’ailleurs. Même si j’ai pu détecter cela, j’ai dû tourner le verre de nombreuses fois car l’odeur reste tout de même légère.

 

Un classique revisité ?

Au gout on a une rondeur en bouche dès le départ, c’est doux, c’est crémeux, rien à dire sur le ressenti global. Pour le gout on commence par du café pour finir sur une teneur plus fruitée avec une longueur en bouche qui assèche le palais, le tout couvert par une amertume légère.

En conclusion

Sans casser des briques, on a ici un produit abouti qui change des classiques servis par les industriels en général, on n’est pas sûr de l’artisanal pur, c’est évident, mais le produit est abouti et correct, et pour moi, d’une qualité supérieure à ses camarades industrialisés, je vous recommanderais toujours l’artisanal d’abord, mais si vous avez comme moi de la curiosité, amusez-vous un peu avec cette bouteille !

IMG_6131

Share Button

« »