deguster sa biereSalut les amis ! Aujourd’hui on va changer un peu des tests de d’habitude et parler de la dégustation de bière en elle-même. Pour cela je me suis dit qu’il serait intéressant de vous faire un article sur comment déguster une bière !

Cet article est rédigé par un amateur je le précise, je ne suis pas brasseur (même si je compte me lancer dans l’aventure un jour pour le fun), ni professionnel comme Michael Beer Hunter Jackson ou encore plus connue chez nous Elisabeth Pierre (Vous n’avez pas encore acheté son Grand Guide Hachette sur la bière ? Mais vous attendez quoi ??) Donc restez indulgent aussi car j’apprends moi aussi avec ce blog ! 🙂

 

Bien sûr, la plupart d’entre vous savent déjà comment déguster une bière, mais je suis sûr que pas mal ne savent pas encore bien s’y prendre, et étant moi aussi un amateur tout comme vous, j’apprends également pas  mal de choses en tapant mes articles et en parlant avec les autres, et j’aime vous faire partager tout ça.

Pour cet article on va parler sérieusement sans pour autant se prendre au sérieux, vous le comprendrez très vite avec quelques-unes des illustrations que j’ai faites rien que pour vos yeux ébahis !

Nous allons d’abord parler du service, primordial pour la dégustation, vous allez constater qu’il y a une méthode globale efficace mais qu’il y a aussi des variantes spécifiques à certains types de bières.

Enfin nous allons explorer les différentes étapes de la dégustation et en fin d’article je vous donnerais quelques petites conseils et un dernier mot personnel pour la route ! Attention on va parler de dégustation pure et simple, pas avec du fromage ou autres plats, ce sera l’objet d’un futur dossier que je dois vous concocter!

 

Attention à la mousse !

Pour servir une bière, globalement ce n’est pas compliqué, mais attention, on ne sert pas une bière comme on sert un verre d’eau ! Bien des fois j’ai vu des gens dans des bars me servir ma bière n’importe comment !

Si vous servez votre bière avec le verre droit, il y a de fortes chances pour que votre bière soit essentiellement de la mousse ! Trop de mousse et vous perdrez le plaisir de votre dégustation !

La mousse a un rôle essentiel pour votre bière, elle la protège de l’oxydation et permet de conserver ses saveurs, autrement dit, la mousse est primordiale à votre dégustation ! Ceci dit, il ne faut pas que votre mousse fasse les ¾ du verre, non, un léger col est bien souvent suffisant pour cela.

Les mousses se comportent différemment selon le type de bières ou même sa fabrication, certaines bières que je qualifierais de mauvaises sont plates et ne moussent quasiment pas, je parle de certaines Lager industrielles par exemple, non pas des Heineken qui ont un produit fini de bonne facture mais d’autres Lager, typiques de certains pays qui au service ne font presque rien dans le verre.

Il faut savoir que la mousse s’évapore au fur et à mesure de sa dégustation, parfois on a des mousses épaisses ou fines qui sont très éphémères, la bière mousse évidemment mais cela peut durer d’une dizaine de secondes à 3 minutes par exemple. Pas de panique, j’ai déjà eu ce genre de cas et certaines bières étaient de vraies merveilles quand même, l’aspect visuel est altéré mais pas forcément le gout !

A l’inverse, certaines bières vont fout fournir une mousse crémeuse ou dentelée qui va persister au verre assez longtemps, les Stout (type Guinness) ont souvent des mousses très persistantes, les bières à base de froment (les bières blanches) ou les Pilsner vont avoir une mousse épaisse et un faux col assez exubérant.

Bref, si il y a une chose à retenir, faites en sorte d’avoir une mousse de taille correcte pour cela il faut bien servir votre bière !

 

Avant de servir votre bière, mettez-vous en condition !

Pour faire une bonne dégustation il vous faut du calme, évitez la musique, les endroits trop bruyants, faites ça chez vous en silence pour pouvoir vous concentrer sur les arômes de votre boisson.

Evitez de grignoter avant, inutile de déguster une bière après un Chili ou un paquet de Chips gout BBQ, votre palais sera pour ainsi dire corrompu. Evitez surtout les nourritures trop gouteuses en fait, si vous avez mangé une pomme avant buvez un verre d’eau ou bien croquez un morceau de biscotte pour pouvoir en gros « rebooter » votre palais (oui je suis un peu geek que voulez-vous !)

Préférez la lumière naturelle à la lumière du salon, mais si vous n’habitez pas dans une région ensoleillée 300 jours par an comme moi (ne soyez pas jaloux !) alors faites en sorte de vous placer près d’une lumière assez puissante pour bien visualiser votre bière ! Vous l’aurez compris, oubliez la lumière d’ambiance que vous réservez à votre fiancé(e) pour un diner romantique….

Evitez les odeurs, une odeur de cigarette, une odeur de cuisine etc… cela risque de corrompre vos capacités olfactives lors de la dégustation.

Enfin, pour profiter pleinement de votre boisson, évitez de la servir trop fraîche, le froid risque d’altérer la perception des saveurs justement, personnellement je les bois à température ambiante, bien que certaines brasseries conseillent une température sur la bouteille, si vous voulez vraiment déguster votre bière, allez-y avec une température ambiante, ce sera plus simple de détecter au nez ce que votre bière vous offre.

Toutefois, en dehors d’une dégustation pure et dure, boire une bière fraiche n’est pas mauvais du tout bien au contraire, mais si votre bouteille indique 6 à 8°, ne la servez pas en dessous sinon vous ne ressentirez plus aucun goût ! Et bien sûr EVITEZ de les mettre au congélateur et les oublier….elles risqueraient d’exploser « légèrement » dans votre freezer…..

 

Un petit exemple

Un petit exemple

Comment conserver votre bière !

Je pense que ce chapitre nécessitera plus tard un article plus approfondi mais la conservation de votre bière est un élément indispensable à la dégustation de celle-ci pour éviter justement toute mauvaises surprises.

La bière c’est comme le vin sur un principe, elle a besoin d’une position spéciale pour bien vieillir ou fermenter, le vin est couché avec le bouchon légèrement relevé et soumis à une température constante (chez moi dans ma cave il est à 14° par exemple). La bière, elle, doit être positionnée debout et les écarts de températures doivent être évités, enfin évitez le soleil à tout prix ! La bière n’aime pas trop la lumière, c’est pour ça que les bouteilles ne sont pas transparentes mais souvent marrons, c’est pour filtrer les UV !

Le vin est plus fragile que la bière, mais si vous couchez une bouteille ou qu’elle subit une canicule de plein fouet, voire même les deux d’un coup, au moment où vous l’ouvrirez elle risque de mousser énormément et dans la foulée vous serez bon pour un coup d’éponge ou de serpière…..

Pour ma part mes bières sont actuellement rangées debouts  dans un fond de bar et la température est relativement constante, néanmoins l’été elles peuvent prendre un peu de chaleur, ce que je fais du coup avant de les boire c’est que je les mets dans mon frigo, debouts durant quelques heures puis avant la dégustation, je sors ma bouteille et je la laisse se mettre à la température ambiante, au moment de l’ouverture ma bière ne mousse pas. C’est un petit « truc » à moi qui marche, après je ne sais pas si cela marcherait à tous les coups chez vous ! J  Je n’aurais d’ailleurs bientôt plus ce problème puisque je récupère une vraie cave, du coup mes bières seront bien conservées, donc si vous avez une cave dans votre maison (pas l’électro-ménager mais une pièce), n’hésitez pas à les placer dedans !

Les bières blondes sont en général à boire plus rapidement, les bières brunes se conservant plus longtemps, et je parle là d’années !

cave

Servir votre bière

Je vais passer outre les différents verres que l’on peut trouver sur le marché, ils sont pour la plupart catégorisés et ce sera l’objet d’un autre dossier à venir justement.

Premier conseil, lavez votre verre à l’eau chaude, le lave-vaisselle laisse toujours des résidus qui vont altérer votre bière lors de son service, il faut que votre verre soit propre et sec. Les Belges ont pour habitude d’humidifier le verre pour les bières blanches, mais sur le principe il faut que votre verre soit propre et sans présence de résidus gras, de traces ou autres éléments qui risqueraient de causer du tort à votre boisson favorite lors de son service.

Si vous n’avez pas de verres à bières, utilisez par exemple un verre de vin ou de Cognac, c’est plus joli d’une part, mais ça permet de mieux faire tourner votre bière et donc de percevoir les saveurs.

Concernant votre verre, il ne faut pas que celui-ci soit rempli à rabord, car vous allez devoir tourner votre verre justement, en général les verres à bière de 33cl  permettent justement d’avoir la bière, sa mousse et justement la possibilité de tourner sans renverser, donc si vous utilisez un verre à vin par exemple, ne remplissez pas votre verre jusqu’au bout !

Dernier petit détail à éviter, si vous avez un verre à pied, tenez le par ce pied justement, le cas contraire tenez le par-dessous mais pas à pleine main de manière à ne pas trop réchauffer votre bière et conserver sa température d’origine justement.

Alors je ne vous le cache pas, il y a une méthode globale et ensuite plusieurs variantes selon le type de bières, mais nous allons nous attarder sur la méthode globale :

Positionnez votre verre à un angle de 45° et commencez à verser votre bière avec un débit constant et peu élevé sur la paroi (pour éviter justement de faire trop de mousse). Relevez ensuite au fur et à mesure votre verre et accélérez le débit de manière à obtenir une belle mousse et pas une bière plate.

Pour vous donner une idée de quand relever votre verre, faites le quand celui-ci est rempli aux 2/3. Achevez le travail en redressant votre verre à 90° et en versant les dernières gouttes.

Vous pouvez servir en plusieurs fois votre bière, les Stout se versent en 2 fois pour obtenir une plus belle mousse, la Guinness d’ailleurs se sert souvent en 3 fois et en 2minutes environ si vous avez remarqué. Comme je vous le disais, il y a d’autres méthodes, très similaires mais avec de légères variantes pour certains types de bières et leurs verres comme des bières qui nécessitent une mousse plus épaisse par exemple.

S vous avez une cannette, le principe est le même que la bouteille, pour le fut je ne m’en occupe pas, je n’ai pas encore de tireuse et ne voudrais pas parler de ce que je ne connais pas, toutefois la méthode n’est pas très différente.

Tout est une question de coup de main, vous avez la méthode classique mais selon votre position, comment la bière mousse dans le verre, le débit que vous appliquez, ce sera à vous de gérer votre service pour avoir un rendu final correct et puis faites attention au type de verre, selon le cas, vous serez obligés d’incliner un peu plus le verre pour éviter que la mousse ne remonte trop vite (par exemple un verre typé « flûte »). Et ne vous inquiétez pas, il arrive parfois de se tromper en servant sa bière, il m’est déjà arrivé lors de tests d’être étourdi et de relever mon verre trop vite et faire trop de mousse par exemple ! C’est en fait une question d’entrainement, et de concentration !

Ci-dessous une illustration du site « wikihow »:

Place à la dégustation ! (Crédits photos : Cedric Saunier, Studios Vision d’un regard)

La dégustation se fait en 4 étapes bien distinctes que nous allons aborder, il y en a une que je prends pas en compte c’est l’ouïe, certains l’utilisent mais pas moi, pour vous donner une idée c’est simplement le fait d’écouter la réaction de la bière lors du service, le crépitement de ses bulles, son effervescence dans le verre au moment du versement du liquide etc…… je vais sauter volontairement cette étape pour commencer par la première partie, la vue !

 Les photos ne sont pas contractuelles et ont été réalisées par un cascadeur entraîné

1ère étape : Mirer

Beer Lantern 21 Septembre web_08Votre bière est dans son verre, sa mousse est là, maintenant placez-vous idéalement sous une lumière naturelle et observez la sous sa robe.

Regardez d’abord sa mousse, est ce qu’elle s’évapore rapidement ou bien reste-t-elle en place longtemps ? Cette mousse est-elle fine ou épaisse ? Parfois on peut prendre comme mesure simplement un doigt, il n’est pas rare d’entendre dans des dégustations des phrases de type « La bière possède environ 2 doigts de mousse », le créateur de la chaine YouTube « Real Craft Ale » par exemple utilise souvent les doigts pour mesurer la densité de la mousse lors de ses rapports de dégustations.

En principe une bonne mousse doit persister durant au moins 3 minutes et laisser ensuite de fines traces sur les parois que l’on appelle « dentelle ». Si votre bière fait cela alors c’est assez positif.

Regardez si elle est dynamique, si ses bulles sont nombreuses, c’est la preuve d’une forte carbonatation, si votre bière a une carbonatation élevée, cela peut signifier qu’elle va être effervescente au palais, et va peut-être avoir une finale qui peut vous assécher, ce qui n’est pas péjoratif je vous rassure.

Au contraire, si la bière a une faible carbonatation, elle risque du coup d’avoir une plus forte longueur en bouche par exemple, et une saveur un peu plus complexe. Mais attention, ce que je vous dis n’est pas forcément vrai tout le temps et parfois une bière peut vous surprendre !

Les bulles peuvent être fines ou plutôt grossières, observez bien, si elles sont trop grosses alors peut-être il y a un excès de CO2! Si à l’inverse vous n’avez aucune mousse et aucune bulles, alors votre bière est éventée et c’est mauvais signe!

Regardez aussi la couleur de votre bière, si elle est limpide ou trouble également. Si elle est trouble et que sa couleur est assez remarquable, avec des reflets d’une autre couleur par exemple, ceci peut signifier que votre boisson possède probablement une saveur complexe et très agréable. Attention toutefois, si vous servez une bière dont le style est d’être claire et limpide et que celle-ci est trouble, cela peut ne pas être bon, votre bière est peut être voilée et risque donc d’être mauvaise.

Ne vous méprenez pas non plus, une bière trouble n’est pas toujours un gage de mauvaise qualité, déjà, certains types de bières sont troubles de natures, ensuite une bière blonde n’est pas forcément claire, une bière blonde est en gros un genre que je qualifierai de « général » ou « familier »mais ensuite on a les catégories de la famille des bières blondes, Pilsener, Lager, Blonde d’Abbaye etc….. Regardez bien quel genre de bière vous buvez afin d’en tirer les meilleures conclusions !

Concernant le dépôt, il est récurent d’en trouver dans les bières artisanales (sans compter les bières sur Lie qui sont naturellement dotée d’un dépôt important). Le dépôt est souvent un signe de qualité, cela signifie que votre bière a été faite de manière artisanale. Pour les œnologues on peut dire, si je ne me trompe pas, que cela fait penser au tanin d’un vieux Bordeaux. Le dépôt est comestible bien entendu, n’ayez pas peur, il s’agit simplement de levure !

Petit détail: La couleur de la bière n’a aucun rapport avec son taux d’alcool, de même, si vous vous servez une blanche et qu’elle est noire, c’est normal, une bière blanche et une bière faites avec du froment, on utilise le mot bière blanche en France à tort, c’est en fait une erreur de traduction du mot Weizen (froment) et Weiß (blanc). La couleur de la bière dépend de son malt. (Voir article sur le Malt).

 

2ème étape : Tourner

Beer Lantern 21 Septembre web_09Tout comme le vin il faut faire tourner sa bière pour qu’elle soit à même de déployer tous ses arômes. Cette partie est en fait essentielle à l’étape olfactive de la dégustation, elle va vous permettre d’identifier les différents parfums de votre bière.

Par expérience, l’odeur est souvent un gage de saveur qualitative importante, même si il arrive que le nez soit parfait et le gout en dessous des attentes fournies par le parfum. Bien souvent quand même, le parfum permet de deviner un peu quelles saveurs l’on va découvrir en bouche.

Michael Jackson disait qu’il vaut mieux faire cela chez soi car on risquerait de passer pour un prétentieux si on fait cela dans un bar, cette anecdote m’a amusée, mais si un bar vous sert de la bière artisanale, n’hésitez pas à faire cela, c’est surtout bien vu de la part de celui qui vous sert !

 

3ème étape : Humer

Beer Lantern 21 Septembre web_14Une fois que votre bière a été tournée, elle a donc pu dévoiler tous ses parfums !

Vous pouvez ressentir toutes sortes de parfums, la bière possède un bouquet aromatique de plusieurs centaines de références (plus de 500 parait-il!) donc vous avez de quoi faire !

On peut toutefois en retrouver certains plus que d’autres, par exemple on peut ressentir des arômes fruitées dû au houblon utilisé, parfois la levure ou même encore l’utilisation de fruits tout simplement ! Par exemple une Punk IPA de Brew Dog confère des saveurs de pamplemousse grâce au houblon qui est utilisé, d’autres bières vont vous faire ressentir des fruits noirs, des notes d’agrumes, de pomme (pour des gueuze par exemple, sinon attention c’est un « faux gout » mais nous en parlerons plus tard), et les bières brassées avec des fruits dégageront forcément des arôme fruitées, mais dans ce cas-là attention à ce que le sucre ne domine pas trop à l’odeur car souvent ça devient écœurant au palais.

Autre que les arômes fruités vous pouvez sentir des odeurs herbacées, c’est-à-dire d’herbe fraichement coupée. Il y a aussi des senteurs de céréales pour les bières ayant une bonne dose de malt. Il y a également des saveurs florales, parfois grâce au houblon utilisé encore une fois, ou bien l’utilisation de fleurs pour certaines bières originales. Il y a bien entendu le café, le chocolat, le caramel ou le torréfié qui sont relatifs à des bières brunes et ambrées souvent.

Vous l’aurez compris on peut sentir toutes sortes d’odeur allant du fruit, aux céréales, aux plantes, aux fleurs ou encore à des produits comme le café, le chocolat, voire même la viande avec les bières fumées !  Certaines bières vont avoir une odeur épicée, d’autres du miel, de la vanille, ou de la terre etc…..

Le jeu c’est réussir à identifier les arômes, souvent à plusieurs on détecte des odeurs différentes, mais qui sont souvent toutes assez cohérentes ! Parfois quand je teste des bières avec des amis ceux-ci détectent des odeurs et moi d’autres et nous nous apercevons que nous avons pu détecter la totalité de la palette aromatique de notre bière à plusieurs. Tout doit être plaisir de toutes façons, ne faites pas cela pour vous prendre au sérieux surtout car la dégustation est vraiment un plaisir que l’on soit seul ou à plusieurs.

Je pourrais vous parler encore un moment des arômes de la bière mais je vous ai cité les principaux parfums que vous pourrez ressentir, à vous maintenant de les identifier et parfois même aller plus loin comme par exemple, si vous détectez une odeur fruitées, essayer de découvrir quel fruit en particulier, du citron, abricot mur, pamplemousse, pomme ? Vous pourrez constater que souvent les rapports de dégustations s’accordent sur une catégorie de parfum (floral, fruité etc..) mais que les détails diffèrent un peu selon les personnes, comme je le dis souvent tout est soumis à une appréciation personnelle !

 

4ème étape : Gouter

Beer Lantern 21 Septembre web_18Pour gouter, il faut boire bien entendu, mais attention pas n’importe comment. Prenez une première gorgée et laissez la bière couler doucement sur votre langue  puis faites la tourner dans votre bouche.

Votre langue va détecter le sucré à la pointe, l’acidité et le salé seront perçus sur les côtés et enfin l’amertume par le fond. Faites bien tourner votre bière dans votre bouche, faites-le à plusieurs reprises et avec plusieurs petites gorgées pour essayer de déterminer l’ordre d’arrivée des saveurs dans votre bouche.

De cette façon vous pourrez déterminer la texture de votre bière pour commencer, son corps plus précisément. Est-ce que votre bière est plutôt grasse, huileuse, sirupeuse, crémeuse, ronde etc…. là encore plusieurs interprétations possibles, la texture sera différente d’une bière à l’autre, une Stout et une Lager n’auront pas le même corps par exemple.

Appréciez la sensation dans votre bouche, est ce que la bière dispose d’une bonne homogénéité ? Ou bien est-elle plutôt acide ? Est-ce que les saveurs s’équilibrent bien entre elles justement ? Une bonne bière est souvent une bière qui est équilibrée, si votre bière est trop acide, si l’alcool se ressent trop alors qu’il devrait être plus discret (exception des bières volontairement très alcoolisées), si elle est trop sucrée par exemple, alors elle n’est pas géniale.

Pour vous donner un exemple simple, les bières fruitées ont souvent un déséquilibre avec le sucre, peu de brasseries arrivent à faire des bières fruitées équilibrées, trop souvent il y a un excès de sucre et cela devient écœurant car on ne sent plus du tout la bière en elle-même. Je parle pour des bières qui vont utiliser de la banane, de l’abricot par exemple, mais aussi certaines Kriek, si lors de la dégustation de l’un de ces tests vous distinguez trop de sucre et que ça vous gêne, alors il y a un problème d’équilibre des saveurs !

Enfin il y a le bouquet final, est ce que vous ressentez de l’amertume ? Alors c’est le houblon ! Vous ressentez une finale sèche ? Alors c’est le malt cette fois-ci qui domine. Parfois l’arrière-gout peut être plus doux comme avec des bières fruitées ou avec du miel mais souvent la bière se caractérise par l’amertume du houblon, soit de façon très légère, soit de façon très prononcée comme avec des bonnes IPA.

Et pour terminer, la longueur en bouche, celle-ci peut être très longue et savoureuse, ou bien très courte et très rapide à disparaitre.

Certaines bières vont par exemple avoir une longueur en bouche très courte mais un gout très prononcé dans la bouche, d’autres encore vont se révéler tardivement mais vont perdurer sur la longueur en bouche justement ! Tout dépend de beaucoup de choses !

 

Attention aux faux goûts !

Parfois on a de faux amis, les faux gouts, ceux-ci sont un gage de mauvaise qualité et ils surprennent parfois la personne qui déguste.

On distingue plusieurs faux gouts ou mauvaises odeurs, par exemple si votre bière a un gout acide alors qu’elle ne devrait pas alors votre bière est altérée par des bactéries, soit elle est imbuvable, soit si elle reste buvable, votre note de dégustation sera faussée et ne reflètera donc pas du tout le vrai rendu gustatif de la bière.

Si vous sentez une odeur rance, alors c’est une bière qui a mal vieilli aussi.

Je vais être franc avec vous, ce n’est pas toujours simple à distinguer. Parfois c’est gros comme une maison et on capte rapidement que quelque chose cloche, si vous avez une odeur totalement différente de l’odeur théorique du style de bière que vous buvez alors bravo, vous avez identifié un faux gout !

Parfois vous ne distinguerez pas vraiment ce faux gout comme étant une altération de votre bière, si celui-ci est présent mais discret cela paraitra plus comme un petit défaut qu’un problème avec la bière elle-même car votre boisson reste buvable. Et parfois du coup, on se rend compte qu’on a identifié un faux gout au bout de la seconde dégustation d’une autre bouteille de la même bière !

Pour avoir une meilleure idée de ces faux gouts et comment les identifier je vous invite à faire deux choses. La première, distinguez bien le style de bière que vous buvez et la palette aromatique basique que vous êtes censés ressentir, cela vous permettra d’identifier facilement un gout ou un parfum inhabituel. Je prends un exemple très grossier, si vous prenez une Brune et qu’au lieu d’une odeur de malt torréfié vous sentez une odeur de légumes cuits alors ne cherchez pas il y a un souci….

La seconde chose, allez voir le site Univers Bière en cliquant sur le lien pour aboutir à une page listant en détail une bonne partie des faux gouts et sur le lien de cette page, en Anglais cette fois-ci, donnant des détails supplémentaires.

Pour les détails allez voir le site d’Univers Bière mais voici une liste de faux gouts identifiables provenant de ce site :

  • Goût de pomme verte
  • Goût d’alcool
  • Astringence
  • Goût de cidre
  • Arome de beurre rance
  • Odeur de légumes cuits
  • Odeur d’esters fruités
  • Odeur d’herbe
  • Goût de paille ou de grain
  • Goût de médicament
  • Goût de métal
  • Goût de moisissure
  • Bière oxydée
  • Goût savonneux
  • Goût de solvant
  • Odeur de soufre
  • Goût de levure

 

La plupart de ces faux gouts ont plusieurs origines, certains vont provenir d’une infection bactérienne, au brassage ou à l’embouteillage entre autres. D’autres encore proviennent d’une mauvaise conservation comme par exemple un mauvais positionnement qui va altérer la bouteille, ou bien même une exposition au soleil. C’est d’ailleurs pour cela que les bouteilles de couleur marron sont préférées, les bouteilles vertes ou transparentes protégeant très mal la bière du soleil, car oui, comme les albinos, votre bière n’aime pas beaucoup la lumière, je vous le redis encore une fois !

Personnellement, même si je commence à avoir pas mal de bouteille en dégustation (sans mauvais jeu de mots), je ne suis pas du tout au niveau d’un professionnel donc pour moi les meilleures personnes qui pourraient identifier quasi-parfaitement ces faux gouts ce sont les experts avec des années d’expérience ou encore les brasseurs eux-mêmes qui savent parfaitement reconnaitre les défauts de leurs brassins !

degustation

Quelques derniers petits conseils pour la route

Mes amis, un dernier paragraphe avant la conclusion pour finaliser votre entrée dans le monde merveilleux de la dégustation de bière !

Tout d’abord, n’oubliez pas un truc, le vin se déguste différemment, on le siffle, on le mâche et on le crache. La bière on ne la siffle pas (elle aime pas ça, c’est pas poli !), et surtout on ne la crache pas car on doit avaler pour ressentir la totalité de son potentiel. Alors si vous faites une dégustation évitez de boire 12 bouteilles, je dirais que 4 à 5 bouteilles dans des verres de 12 cl et en groupe c’est la limite, et encore….. Si vous êtes seuls ou à deux, goutez au maximum 3 bouteilles, bien que si vous êtes seuls je vous conseille plutôt de vous limiter à deux bouteilles.

La raison de cela est toute simple, l’alcool, même s’il peut être léger selon la bouteille que vous goutez, va émousser vos facultés et du coup votre dégustation. L’idée est de déguster, pas de « picoler » ! Pour ma part je fais un test tous les deux jours et je fais très rarement deux bouteilles le même jour.

Ensuite concernant l’ordre de dégustation si vous testez plusieurs bières, commencez toujours par celles que vous jugez les moins aromatiques, de manière à monter crescendo en saveur et obtenir un meilleur jugement final pour chaque bière. Commencer par une bière trop savoureuse ou trop forte dès le départ risque de fausser votre jugement sur la suivante si celle-ci est très légère.

Il existe deux types de dégustation, horizontale et verticale, tout comme le vin: la dégustation horizontale c’est le fait de goûter une même bière mais d’un âge différent à chaque fois. La dégustation verticale c’est le fait de goûter plusieurs bières du même type. 

Concernant le passage entre les bières justement, rincez votre verre avec de l’eau en bouteille non gazeuse et grignotez du pain ou une biscotte pour nettoyer parfaitement votre verre et votre palais. Comme je le disais plus haut, ça va « rebooter » votre palais et vous permettre de sentir toutes les saveurs de votre seconde bière.

Enfin concernant vos notes de dégustations, amusez-vous à noter tout sur un papier ou sur des sites comme Ratebeer ou Beeradvocate ! Ce qui est amusant c’est de noter ses impressions et les comparer, comme je vous le disais plus haut dans l’article, parfois on peut avoir plusieurs interprétations différentes sans pour autant qu’elles soient toutes incohérentes !

Pour vos notes, soit vous vous achetez un petit cahier, soit vous faites cela sur informatique, soit vous utilisez un vrai carnet de dégustation comme ceux de chez Moleskine (voir prochain article à ce sujet justement car je m’en suis procuré un).

N’hésitez pas non plus après votre dégustation et vos notes à consulter en plus des sites internet, les livres comme 1001 bières, le guide Hachette des bières, ou autres livres…..ils sont nombreux et souvent très bien faits !

 

En conclusion

Voilà les amis, j’espère que cet article vous aura plu ! Je suis conscient qu’il est perfectible car je ne suis qu’un humble amateur qui essaye de partager sa passion. Parfois mes articles oublient des détails de dégustation qui pourraient être mentionnés ou approfondis mais heureusement l’essentiel y est toujours. Comme beaucoup de blog celui-ci me permet d’approfondir mes connaissances et m’améliorer dans cette passion, de ce fait, les articles s’améliorent aussi avec le temps ce qui est normal.

J’utilise un vocabulaire simple aussi, c’est en partie volontaire car je tiens à garder un style décontracté et ludique pour ne pas trop perdre ceux qui sont curieux et découvrent à peine cet univers. Je ne veux pas d’un site « snob » sur la bière mais au contraire un site ludique, agréable et décontracté comme mon camarade de Happy Beer Time ou Yapasquelakro.

Si vous vous demandez parfois pourquoi je ne mets pas de notes sur 10 ou 20 ou avec des étoiles c’est parce que je suis peu partisan de ce système que je juge assez violent. La dégustation étant soumise à diverses interprétations, c’est pour moi un moyen de partager et d’échanger, pas de descendre. Surtout que je teste à 80% des bières artisanales, ce sont des gens qui souvent ont des entreprises familiales qui marchent bien ou encore qui marchent très peu, et je juge inopportun de descendre le travail d’un passionné dans tous les cas. Je préfère souligner des défauts et en parler pour que peut être cela apporte un plus au brasseur qui va prendre ces critiques en considérations pour s’améliorer face au client final dont je fais partie, plutôt que de mettre un 3/10 en qualifiant la bière de pourrie sans donner plus d’informations sur son jugement. C’est une question à la fois d’éthique mais aussi de respect pour des gens qui travaillent très durs souvent et qui vivent de leur passion avec peu de moyens et d’énormes prises de risques personnelles !

Comme vous le voyez sur la dernière photo j’ai une cave assez fournie, une cave qui va d’ailleurs déménager bientôt pour un endroit bien plus propice à la conservation de bouteilles. Je dispose de divers livres sur la bière, de carnet de dégustations personnelles que je mets à jour à chaque test et je me sers aussi d’Internet pour rechercher des infos sur le brassage ou même sur l’histoire de la brasserie.

Pour cet article j’ai utilisé 3 choses, mon expérience, la lecture de plusieurs livres sur le sujet, et enfin quelques recherches sur internet pour compléter le tout.

Mes méthodes et mes conseils, sont je pense relativement corrects, toutefois, et c’est normal, je peux m’être trompé sur un ou plusieurs détails, ou bien encore avoir oublié une ou deux choses importantes. Dans ce cas-là n’hésitez pas à m’en faire part, faites le même par le biais d’un email plutôt qu’un commentaire car je réagis plus vite à ce moment-là, je valide les commentaires un peu tardivement des fois, non par censure mais par étourderie ! J

Bref, je vous souhaite pleins de belles dégustations et de découvertes et j’espère pouvoir partager et échanger encore avec vous, que vous soyez brasseurs ou bien amateur comme moi !

 

Sources littéraires :

Bières du Monde – Editions Prisma

ID Reflex Bière – Franel Editions

Faire sa bière maison – Greg Hughes /  Editions Marabout

La Bière – Michael Jackson / Grund

 

Sources internet :

http://www.wikihow.com/Pour-Beer

http://www.1001-bieres.com/index-choix-deguster-une-biere.html

http://biere.jg-laurent.com/brassage/infection-biere.php

http://univers-biere.net/pbgouts.php

http://www.nationalhomebrewclub.com/wiki/doku.php?id=off_flavours

http://www.ninkasi.fr/fr/fabrique-biere/fabrique-biere-tarare/pedagogie/degustation-biere.html

Diverses vidéos sur Youtube Anglophones ou Francophones sans compter les émissions du Beer Hunter

 

Autres sources :

Vision d’un regard – Cédric Saunier (pour les photos d’illustrations avec moi dessus !)

Moi et ma passion tout simplement ! 🙂

Beer Lantern 21 Septembre web_01

Votre humble serviteur!

Share Button

« »