Aujourd’hui nous allons parler d’une bière un peu spéciale, une bière aux racines africaines qui va, inexorablement, nous mener à un futur article sur l’Afrique en 2018, et vous verrez que c’est assez passionnant!

Cette bière se nomme la Ôde Mila, du nom de sa brasserie, c’est une bière dont les racines nous viennent directement du Rwanda!

Michel Rubayiza est né là bas, comme nous le raconte son site, il jouait à cache cache dans les champs de Sorgho, et plus grand, il décida de faire des études en agronomie. Pour cela, il s’envole pour la Belgique et passe son diplôme avec succès en 1976. Il rentre aussitôt et commence sa carrière en conseillant les paysans, mais la guerre éclate et au delà de cela Michel veut compléter sa formation et aller plus loin dans sa passion, alors en 1994 il part en France et intègre le ENSAIA, l’école d’agronomie et d’industrie agro-alimentaire, et choisis la spécialité “bière” (il avait aussi le choix avec le lait). Il y développe une thèse, sur le brassage du Sorgho, qui sera en fait le début de l’aventure.

Cette formation lui donnera une idée, associer les nouvelles technologies pour réinventer la bière au Sorgho traditionnelle de son pays. En effet, Michel découvre au fil de ses recherches et de sa thèse que le Sorgho seul ne garantit pas une stabilité à la bière pour en faire un produit ancré dans les standards actuels de conservation, alors de fil en aiguille, il ajoute de la patate douce et du malt ce qui aboutira à une stabilisation de son brassin.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là! En se fournissant en matière premières, il rencontre Guillaume Duboin, agronome comme lui, amoureux de l’Afrique et de bières, qui lui aussi s’intéresse de près aux vertus du Sorgho en France…. Ni une, ni deux, les deux hommes s’associent et montent leur petite brasserie pour nous proposer la fameuse Ô de Mila!

Il y a aussi un enjeu intéressant pour cette bière suite à la thèse de Michel, en effet, au Rwanda, les agriculteurs peinent à vendre leur produits et les bières qu’ils fabriquent, faites avec les moyens du bord, peinent à se conserver correctement, du coup, l’innovation de cette bière permettrait aux locaux de pouvoir utiliser leur culture de Sorgho pour fabriquer de la bière et ainsi mieux vendre leur production!

Enfin, le nom de la bière est un petit mélange de Ode en référence à l’Aude lieu ou se trouve la brasserie, de Mila qui fait référence à milhoca, le nom occitan du Sorgho, et au “Mil”, nom africain désignant également le Sorgho!

 

Une bière Franco-Rwandaise!

Au verre notre amie nous propose une jolie mousse épaisse d’une texture en dentelle qui s’évapore doucement au contact de l’air laissant à nu une jolie robe claire et dorée.

Au nez, on a une très belle odeur maltée qui se mélange aux touches de patates douces et d’épices, un mélange olfactif très agréable qui donne envie de plonger les lèvres.

 

Un mélange de bière traditionnelle et moderne

Le début de la dégustation est doux, très malté et agréable, puis au palais vient s’agripper la patate douce pour nous relevé un peu le gout afin d’y apporter une belle transition amère pour une finale équilibrée, amère sans être agressive.

 

En conclusion

Bien entendu, on est sur un produit plutôt classique en soi en matière de goût, je veux dire ici, pas de vieillissement en fût ou de taux d’alcool élevé, ou de rajout de multiples fruits ou houblons, non ici on est sur un produit agréable, calme, classique mais avec sa touche originale, et cela va sans dire, elle est bonne! Et dites vous qu’en buvant cette bière, l’air de rien, vous buvez un produit innovant et qui a été très travaillé! D’ailleurs, sur le site, vous pourrez même retrouver les analyses labo de la bière, autant vous dire que nos deux compères savent ce qu’ils font!

Difficilement trouvable hors de l’Occitanie, elle arrive doucement sur Montpellier, peut être un jour chez vous? Moi je l’ai trouvée par hasard chez un ami caviste un peu marginal dont je vous ai déjà parlé : La Belle Mousse 🙂 .

Share Button

« »