IMG_0523Aujourd’hui les amis nous allons au pays du « what the fuck » ! Oui le Japon ! Et nous allons déguster une Coedo Ruri pour la peine !

Alors parlons un peu de la brasserie Coedo justement ! Cette brasserie est née grâce au groupe Kyodoshoji Corporation qui dans les années 70 était une entreprise agricole qui évolua jusque dans les années 80 en cultivant du blé près de la ville de Kawagoe. La brasserie voulait cultiver du blé pour en faire une sorte de fumier vert. Mais après de multiples erreurs et essais la société n’a jamais réussi à faire un produit qu’elle jugeait convenable, l’idée fut donc abandonnée mais pas celle de faire de la bière.

L’entreprise se rendit compte que des fermiers avaient réussis à faire de la bière à base de patate douce et pas du malt en 1996. L’idée fut très bonne car les patates douces étaient des produits souvent gaspillés et peu populaires sur le marché et il n’existait aucune malterie indépendante au Japon.

En 1997 le groupe va donc créer Coedo, il fera venir d’Allemagne Christian Mitterbauer IV, un brasseur professionnel issu d’une longue lignée de brasseurs reconnus. L’enseignement donné aux japonais va durer 5 ans pour qu’ils puissent être capables de faire une bière avec le savoir-faire indéniable des européens tout en gardant une identité propre au Japon. Et vous savez combien les japonais sont perfectionnistes !

La bière est aujourd’hui reconnue et se trouve en dehors du pays, peu de bières japonaises s’exportent mis à part les quelques grands groupes comme Asahi par exemple. Il existe même un festival Coedo qui a lieu chaque année pour fêter la naissance de la brasserie et remercier ceux qui ont contribués à la naissance de l’entreprise.

La brasserie produit aujourd’hui 5 bières différentes, et nous allons tester la Ruri, une blonde !

 

Une bière garantie sans morceaux de tentacules dedans

La bière nous offre une belle robe dorée mais très faible en carbonatation lors de la dégustation. Le tout est surplombé par une mousse fine éphémère.

L’odeur est très maltée, on ne sent presque que ça à vrai dire mais l’odeur n’en est pas écœurante comme avec certaines bières qui donnent l’impression de boire un jus de blé frais….ici l’odeur est agréable et donne envie.

 

Godzilla contre Coedo ! Banzai !

L’attaque en bouche est relativement moyenne, le milieu se veut très malté comme on s’en doutait avec l’odeur mais le houblon est aussi bien présent ce qui confère un équilibre agréable. J’avais justement peur de ne sentir que le malt et pas du tout le blé.

La finale est un peu plus forte que l’attaque avec une pointe d’amertume qui se fait présente mais qui reste très courte en bouche finalement.

 

Conclusion

Une bière classique, elle est très agréable mais pas non plus transcendante, mais si vous vous faites une soirée Sushi avec des Sushi de qualité alors ne buvez pas une Asahi (et encore moins une Tsing Tao ! Surtout pas !) Mais une Coedo par exemple, ça changera, c’est artisanal et ce n’est pas mauvais ! Et puis vous verrez que la bière s’accorde très bien avec les Sushis !

IMG_0529

Share Button

« »