Et si nous allions un peu chez moi, à Marseille pour une bière un peu particulière?

Plus précisément, dans le quartier haut en couleurs du Cours Julien, lieu de vie très prisé des marseillais, rempli de restaurants et bars variés, de salles de concerts et autres magasins originaux et créateurs. 

Ce quartier est très dynamique, il a vu renaître ici la bière artisanale locale de par la présence de Fietje, de la brasserie de la Plaine puis plus tard, le bar la voie maltée et la cave de Jim : Malt!

Et voilà qu’arrive un nouveau lieu de vie, la Brasserie Communale! 

Alors je vais vous la faire courte pour l’histoire car nous y reviendrons dans de plus amples détails prochainement dans un article dédié, mais pour vous résumer, c’est le projet d’un groupe d’amis qui aiment la bière, brasser en amateur, et qui, en 2017 se sont lançés dans le projet d’une sorte de Brew pub en plein Cours Julien (surtout qu’un super local venait à se libérer). 

Actuellement on trouve essentiellement des bières locales mais pas les leurs, l’endroit se modèle petit à petit, mais il y a une vraie vocation à présenter quotidiennement des bières locales par la suite, donc le projet est en cours, et, même si le lieu existe et est déjà bien vivant, la partie brasserie locale est en cours de création toujours.

Toutefois, on peut trouver de temps en temps des bières à eux, par exemple cette Blanche Noire que j’ai tout de suite eu envie de goûter car d’une part, les blanches noires sont rares, mais aussi et surtout, j’ai toujours en tête celle de Art Malté découverte lors du 1er PBC… 🙂 

Et pour ceux que ça étonnerait, une blanche noire ça existe, le terme blanche est une déformation d’une traduction du terme froment en Allemand, qui se dit Weizen, car les bières “blanches” sont des bières de froment et cela se dit : Weizenbier, mais les Anglais l’ont traduit à force comme “White Beer” et chez nous ça s’est traduit de l’anglais : Bière blanche! 

Donc une bière blanche n’a rien à voir avec sa couleur! Donc si c’est une bière blanche noire, c’est juste une bière dont le froment a été torréfié tout bêtement! 

Maintenant que vous savez cela, et si nous goûtions cette petite bière locale en édition limitée?

Photo par Erik Delamotte

La Mère Noire

Au verre nous retrouvons ici une mousse épaisse et persistante, la texture s’apparente à de la dentelle, elle semble fragile malgré sa persistance. Sa robe, elle, est noire avec de jolis reflets marrons et une carbonatation moyenne, pas trop d’agitation mais ce qu’il faut pour nous donner ce côté pétillant qui rafraîchit.

Au nez on retrouve une belle odeur de céréale torréfié, rien de fou en soi, on est sur du classique, mais l’odeur est correcte, juste ce qu’il faut et en totale cohésion avec le produit proposé.

 

L’amère Noire

En début de dégustation on retrouve une attaque assez douce, l’ensemble est très porté sur les céréales, avec une pointe sèche et une grande légèreté dans la totalité de la dégustation. On retrouve une finale un peu sèche, et une longueur moyenne, le tout est bien équilibré.

 

En conclusion

On a clairement ici un produit qui a du potentiel à mes yeux, à titre personnel, l’ensemble manque légèrement de densité, on s’attends à plus de torréfié en saveur, tout en restant légère, bien entendu, on ne doit pas chercher la densité d’une Porter ou d’une Stout, car n’oublions pas que c’est une bière blanche ici, néanmoins, j’ai apprécié cette bière, je pense qu’à mon goût, elle passerait encore mieux si elle disposait un tout petit peu plus de rondeur. 

Mais tout est très bien équilibré, et on ne peut que saluer le travail de nos amis passionnés et les encourager pour la suite de leurs aventures, où nous reviendrons plus en détail très prochainement !! 

Share Button

« »